Développer, représenter et faire rayonner la relève d'affaires
23 septembre 2020

Pourquoi ne pas tenter le mentorat?

Léa Guicheteau

Bénévole du comité Mentorat de la JCCM

Par le programme de mentorat, la JCCM offre à ses membres un jumelage personnalisé avec des gens d'affaires chevronnés. Entrevue croisée avec Audrey Beaumont et Daniel Tran, participants de la cohorte 2018-2019 du programme.

Audrey Beaumont, Coordonnatrice, Affaires publiques chez Edelman

Quelles étaient vos principales motivations lorsque vous avez postulé au programme de mentorat ?

Audrey B. : « Je souhaitais discuter avec quelqu’un qui connaissait bien mon industrie, qui comprenait mes enjeux quotidiens, mais qui pouvait m’apporter un regard extérieur. Je réfléchissais beaucoup à ma carrière et je me demandais comment passer à la prochaine étape. »

Daniel T. : « Ayant un parcours professionnel atypique, tout en étant proche de compléter un MBA, j’avais beaucoup de questions concernant à mon avenir professionnel, ainsi que mes possibilités. Je souhaitais clarifier mes différentes possibilités de carrière et d’obtenir de l’aide pour avoir une opinion franche. Il est facile d’obtenir des conseils de n’importe qui. Néanmoins, il n’est pas évident d’obtenir des conseils d’un regard externe. J’avais donc besoin de quelqu’un qui m’aide à me remettre en question et analyser les différentes situations professionnelles possibles avec le plus d’objectivité possible. »

Êtes-vous satisfaits du jumelage qui vous a été proposé par l’équipe de mentorat ?

Audrey B. : « Ça a été un excellent match ! Plus d’un an s’est écoulé depuis mon inscription au programme et je vois toujours ma mentore sur une base régulière. Nous avons vraiment réussi à bâtir une relation de confiance. »

Daniel T. : « J’ai été jumelé avec Maître Pierre Pilote, associé-directeur du bureau de Montréal de Gowling WLG. Un match parfait ! »

Daniel Tran, MBA, M.Sc. Chargé de projet | Gestionnaire de dossiers d'invalidité, Manuvie

Après ces quelques mois de participation au programme, qu’en retirez-vous ?

Audrey B. : « En osant me poser les bonnes questions, ma mentore m’a permis de mieux me connaitre professionnellement.

Daniel T. : « Je retiens que le mentorat, c’est une relation qui dure et qui doit être nourrie. Pour ce faire, il est important que les deux parties contribuent à la relation. Il est certain que le mentor peut apporter beaucoup au mentoré. Il faut également que le mentoré prenne l’initiative pour soutenir le mentor. La base de cette relation doit être l’honnêteté et la bienveillance. Lorsque cette fondation est solide, cela permet aux deux parties prenantes d’appendre et d’évoluer. »

Auriez-vous conseil pour un candidat qui hésiterait à nous transmettre sa candidature ?

Audrey B. : « Tu n’as rien à perdre de rencontrer quelqu’un qui souhaite t’aider. »

Daniel T. : « Il ne faut surtout pas hésiter. Pour vivre des expériences extraordinaires, il faut sortir de sa zone de confort et poser des actions extraordinaires. N’hésitez pas. Il est fortement probable que votre mentor contribue à votre vie de manière significative. »

Quels adjectifs utiliseriez-vous pour parler du programme de mentorat ?

Audrey B. : « Enrichissant, Qui tombe à pic, Fun. »

Daniel T. : « Authentique, introspectif, collaboratif. »


Vous aimeriez tenter l'expérience?

Faites vite, l'appel de candidatures de termine le 1er novembre!