Développer, représenter et faire rayonner la relève d'affaires
02 mars 2021

Le parcours remarquable d'Alban Coutu

Témoignage de Jean-Guy Lavigne

Président 1969-1970

Témoignage de Jean-Guy Lavigne, Président 1969-1970

Ronald Poupart et Serge Forest m'ont fait part du décès, le 1er février à l'âge de 92 ans, de notre ami Alban Coutu, président durant le mandat 1959-1960 de ce qui était alors la Chambre de Commerce des Jeunes du district de Montréal. Je les en remercie et je vous invite à lire la nécrologie publiée dans La Presse.

Alban Coutu fut un grand Jeune Commerce parmi les grands, comme nous le disions à l'époque. Jusqu'au niveau de la Francophonie, où il avait été un des fondateurs de l'Union mondiale des Jeunes Chambres d'expression française dont il fut longtemps le secrétaire général et l'animateur.

Depuis, au moins, le mandat de Maurice-L. Déry, en 1955-56, jusqu'à celui de André Laurence, en 1960-1961, la JCCM a connu des années fastes qui ont culminé par sa désignation par la Jeune Chambre Internationale comme Jeune Chambre par excellence au plan mondial, à l'automne 1960. C'est à l'initiative d'Alban que le dossier de candidature avait été préparé alors qu'il occupait la présidence, fonction où l'avait précédé Claude Dupras, dont il fut un des proches collaborateurs, et suivi André Laurence.

Propagandiste du concept d'université populaire, Alban était aussi admirateur de la troupe des Feux-Follets. Il avait fait de ces danseurs d'élite le clou d'un des premiers festivals culturels de l'histoire locale qui s'était tenu à la toute nouvelle Place des Arts.

Alban, je l'ai connu dès mon arrivée comme secrétaire général de la JCCM en septembre 1964 et nous sommes restés en contact durant des décennies. C'était un homme discret, cultivé et un tribun efficace et convaincant ! À Saint-Jérôme, en mai ou en juin 1963, il avait proposé la transformation de la Fédération québécoise en Fédération des Jeunes Chambres du Canada français. À l'automne, avec Rodrigue Pageau de Québec il avait dirigé une énorme délégation au congrès de la JCI d'Oklahoma City dans le but d'obtenir l'adhésion au mouvement international.

L'exercice du veto de la Canada Jaycees, qui se serait trouvée à perdre 10 000 de ses 17 000 membres, mis fin aux espoirs nourris alors même que l'Île de Guam, base américaine du Pacifique, avec vingt-cinq fois moins de membres, adhérait déjà de plein droit à la JCI. Un non-sens !

Alban assistait, chaque année à la réunion du Fonds de réserve de la JCCM et au Banquet des gouverneurs où y représentait Wilfrid-A. Major, le PDG de la compagnie d'assurances Les Provinces-Unies, où il occupait le poste de directeur du marketing.

Fier membre du Club des Anciens administrateurs de la Chambre, il assistait jusqu'à la fin des années 1990 aux conventums qui avaient lieu aux cinq ans. Seul son éloignement de la région métropolitaine et le fait qu'il n'avait jamais possédé ni conduit d'automobile l'avait empêché de continuer.

Parce qu'à sa retraite, Alban s'était porté acquéreur d'une plantation d'arbres à Racine, en Estrie, près de Valcourt où Joseph-Armand Bombardier a inventé la motoneige. C'est avec plaisir et orgueil qu'en mai 2006, à mon deuxième passage, il m'avait fait visiter son domaine et ses dizaines de milliers d'arbres, une exploitation forestière à nulle autre pareille. Ses arbres il ne les abattait pas, se contentant de passer ses journées en leur compagnie à en prendre un soin jaloux et à les regarder pousser, ce qui lui valut de conserver la santé à un âge fort avancé. Il fallait l'entendre parler d'eux! Comme de ces enfants qu'il n'avait pas eu.

Au nom de tes très nombreux amis de la Jeune Chambre, je te souhaite bon voyage, Alban !