Développer, représenter et faire rayonner la relève d'affaires
21 juillet 2021

Quel sera l’avenir énergétique du Québec?

JCCM

Le Québec est dans une excellente position lorsque l’on parle d’énergie verte. On a la chance de compter sur de l’électricité de source quasi 100 % renouvelable à bon prix notamment grâce à l’hydroélectricité et l’éolien. La distribution d’énergie étant au cœur des efforts de décarbonation, comment pouvons-nous veiller à ce que l’avenir énergétique du Québec soit de plus en plus vert et responsable ? Nous avons posé la question à Stéphanie Trudeau, Vice-présidente exécutive – Québec chez Énergir.

La collaboration, moteur de la transition énergétique

Dans son Plan pour une économie verte, le Gouvernement du Québec reconnaît que pour décarboner rapidement le Québec, et le faire à moindre coût, il faut que les deux principaux réseaux de distribution énergétique, soit ceux d’Hydro-Québec et d’Énergir, travaillent ensemble.

Récemment, Stéphanie Trudeau nous expliquait que la complémentarité des énergies était un élément phare de sa Vision 2030-2050 qui vise à décarboner de plus en plus ses activités et à miser sur la valeur ajoutée (voir l'entrevue).

Qu’en est-il concrètement ?

Si électrifier davantage notre économie est souhaitable pour réduire les émissions de GES, augmenter la capacité électrique pour combler les besoins de chauffe des bâtiments en période de pointe, par exemple lors de grands froids en hiver, crée une grande pression sur leur réseau et coûte cher à Hydro-Québec.

Énergir et Hydro-Québec ont donc conclu un partenariat pour proposer une offre de biénergie alliant l’électricité et le gaz naturel. Ce principe, nous explique Stéphanie Trudeau, est d’être en mesure de desservir cette pointe à moindre coût en utilisant le gaz naturel lorsque nous en avons le plus besoin, soit au moment où le réseau électrique est très sollicité.

Énergir estime qu’il faut miser la valeur du gaz naturel, qui sera de plus en plus décarboné, plutôt que sur les volumes distribués.

« On anticipe une baisse des quantités de gaz naturel d’origine fossile qui seront distribuées dans notre réseau au fil des années, lesquelles seraient substituées par une hausse des quantités de gaz naturel de sources renouvelables dans notre réseau existant. Nous avons la volonté d’orienter notre modèle d’affaires non pas pour vendre plus, mais mieux ."